Bad Grandpa : Johnny Knoxville dans un film terriblement drôle (CRITIQUE)



Ce mardi 3 décembre, j'ai eu la chance d'assister à l'avant-première parisienne de Bad Grandpa, le nouveau délire de Johnny Knoxville, l'inoubliable membre des Jackass. Si ce dernier est furtivement passé dans la salle nous dire bonjour, le temps de faire un Harlem Shake un peu étrange et de nous dire qu'il était content d'être enfin en France (la routine), c'est bien le film qui était le vrai héros de la soirée. Et contrairement à ce que la bande-annonce peut laisser penser, Bad Grandpa sait surprendre et surtout, faire rire.

Les points positifs

L'histoire : Incroyable mais vrai, Bad Grandpa a une histoire. Okay, elle tient sur un bout de papier, mais ce road movie apporte des coupures très appréciables entre chaque caméra cachée. Ainsi, ces dernières s'enchaînent logiquement sans jamais paraître trop lourdes ou mal amenées.

Les personnages : Et si c'est une bonne idée, c'est parce que cela permet étrangement de s'attacher à ces personnages, à la fois drôles, complémentaires et surprenants. Le gamin nous fait penser à Jake de Mon Oncle Charlie (dans ses meilleures années) et le grand-père à un ado attardé profitant enfin de sa liberté. Des anti-héros comiques comme on les aime.

Le rythme : Autre point positif, les différentes caméras cachées ne durent pas une éternité. Au contraire, on ne reste pas plus de 3/4 minutes dessus, évitant la lassitude et la répétition. Et moins de temps sur un sketch = plus de sketchs. Que du bonus.

Les gags : Enfin, les gags se trouvent être finalement diversifiés, passent ainsi du graveleux (scène avec le pénis coincé) à l'original (scène du cadavre), au décalé (scène du nouveau papa) et à la surprise (scène avec les bikers). Mention spéciale à la séquence finale absolument épique et déjà culte, bien que super spoilée dans le trailer. On en veut encore.

Les points négatifs

La répétition : Si le rythme est agréable, une routine s'installe cependant assez vite, nous faisant ressentir un petit coup de mou au milieu du film. Rien de bien méchant, mais il est difficile de l'ignorer et de profiter pleinement des sketchs dévoilés.

Des sketchs inégaux : Le problème des caméras cachés, c'est qu'il y en a forcément des plus faibles que d'autres. Et Bad Grandpa n'y échappe pas, avec certaines séquences inutiles, donnant justement ce coup de mou au film. Peut-être aurait-il fallu les garder en bonus DVD, même si la conséquence direct aurait été un film de plus courte durée. Et si là aussi ce n'est pas mauvais, cela reste frustrant.

Conclusion

Au final, Bad Grandpa est une excellente surprise. Sans être obligatoirement fan des Jackass, ce film vous fera facilement rire, étant bien plus maîtrisé qu'on ne l'imagine et porté par des idées bien trouvées. Et pour vous prouver à quel point ce film peut être délirant, j'ai (pour la première fois depuis que je vais au cinéma) vu la salle applaudir en direct à un sketch. Oui, l'espace de quelques instants, je me suis cru dans une salle de spectacle. La preuve que Bad Grandpa ne laisse pas indifférent et qu'il vous fera passer un très bon moment.

8/10 - Parce que je ne m'attendais à rien et que j'ai finalement pleuré de rire devant.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Lorsque je serais riche, ce commentaire te sera remboursé !